Jeudi 19 juin 2014 4 19 /06 /Juin /2014 13:31

Dans "la représentation sociale du corps"  Denise Jodelet montre que les femmes ne se voient pas autrement que par petits bouts, par morceaux.....un peu comme ces morceaux de soi que l'on saisit dans une glace si l'on se maquille. C'est ainsi que les publicités leur proposent aujourd'hui un amincissement en détail et localisé.

1) Ventre et cuisse (pour avoir le ventre plat et les cuisses fermes et galbées)

2) Culotte de cheval (pour éviter les bourrelets)

3) Fesses (pour lutter contre les flétrisures et les excès de féminité)

4) Genoux et chevilles (pour avoir genoux ronds et chevilles fines)

Denise Jodelet

Alors un érotisme de la minceur?

Sans doute, mais pimenté par une sorte de fétichisation du corps féminin morcelé en parties savamment choisies où chacune peut devenir symbole sexuel et avoir sa propre valeur érotique. N'est consommable que ce qui est collectivement désirable et à ce titre les femmes sont enfermées dans une galerie des glaces où les images prises pour le désir de l'autre s'obligent du même coup à se réaliser.

Michèle Declerck et Jeanne Boudouard

Ecrire un commentaire
Voir les 1 commentaires - Communauté : "Psychologie interdite" - Publié dans : Psychiatrie, psychologie
Mercredi 18 juin 2014 3 18 /06 /Juin /2014 13:36

J'écris

 

Fallait-il être fou!
J'écrivais sur un banc
Des lettres au coucou.

A vingt ans, le bel âge!
Les hommes sont naïfs,
Je gravais dans les arbres
Des prénoms au canif.

A trente, émerveillé
De me croire poète,
Je couvrais mes cahiers
De strophes imparfaites.

A quarante, déjà,
Je me pris par la main.
Je voudrais être moi;
Je me cherchais en vain.

A cinquante, c'est Dieu
Qui vint me tourmenter
J'ai alors essayé
De faire ce qu'Il veut.

A soixante, le doute
Me reprit la gorge.
J'œuvrais comme l'on forge
Le fer que l'on redoute.

Maintenant, assagi,
Humblement, comme on prie,
J'écris sur les genoux
Ce que le cœur me dit.

 

Maurice Carême

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Publié dans : Poésie, écritures
Dimanche 15 juin 2014 7 15 /06 /Juin /2014 12:56

Pour prendre un fond, clic droit, enregistrer sous, merci. Surtout pas de copié/collé. Ne pas distribuer, merci. Usage personnel seulement.

Créations mars 2014

 

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires - Communauté : gifs et fond de blogs - Publié dans : Photos et images
Samedi 14 juin 2014 6 14 /06 /Juin /2014 13:50

 

La rue Bonaparte

La rue Bonaparte à Paris est actuellement dans le 6ème arrondissement. Lorsque la capitale ne comptait encore que 12 arondissements, cette rue faisait partie des 10ème et 11ème. Elle est comprise entre le quai Malaquais et la rue de Vaugirard. La rue Bonaparte a été formée en 1852 par la réunion de la rue des Petits Augustins, la rue St Germain des Prés et la rue du Pot de Fer St Sulpice.

La rue des Petits Augustins était comprise entre le quai et la rue Jacob. Elle avait été bâtie au 17ème siècle sur le Petit Pré aux Clercs et elle avait été nommée alors "rue Petite Seine" parce qu'elle était alignée sur le canal du même nom. Ce canal fut plus tard comblé. Le nom des Petits Augustins vient du couvent des Augustins réformés dits Petits augustins, qui y avait établi en 1613. L'école des Beaux Arts fut construit plus tard sur cet emplacement. Le général Beauharnais a habité cette rue en 1789 et Monge en 1793.

La rue St Germain des Prés a été ouverte sous le Consulat et appelée rue Bonaparte jusqu'en 1815. Puis on lui donna le nom de St Germain des Prés parce qu'elle a été percée sur des terrains de l'ancienne abbaye St Germain des Prés. En face de l'église était une des cours de l'abbaye où furent entassées les victimes des massacres du 2 septembre 1792.

La rue du Pot de Fer St Sulpice a été appelée "ruelle tendant de la rue du Colombier à Vignerei" parce qu'elle conduisait de la rue du Colombier (rue Jacob) au clos de Vignerei (compris par la suite dans le jardin du Luxembourg). Ensuite elle fut appelée "ruelle St Sulpice" à cause de la proximité de l'église St Sulpice, puis "rue Henri du Verger" du nom d'un particulier. Plus tard elle fut appelée "rue des Jardins près St Sulpice", puis "du Verger", "des Jésuites" (parce qu'il y avait dans cette rue le noviciat des Jésuites supprimé en 1790 puis vendu et démoli) et pour finir "rue du Pot de Fer" (nom d'une enseigne). Dans la rue du Pot de Fer St Sulpice se tenaient les loges maçonniques du Grand Orient et des Neuf Soeurs. L'une était dirigée par le duc d'Orléans et l'autre par le comte d'Artois.

Lacépède a demeuré au n°8 de la rue Bonaparte en 1801. En 1788 Vicq d'Azyr habita au n°27 et Vauquelin au n°39 en 1802.

La rue Bonaparte inondée

29 janvier 1910

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Publié dans : Origine des mots, des choses et autres
Vendredi 13 juin 2014 5 13 /06 /Juin /2014 13:44

Le mot cordonnier vient de corduan (cuir de Cordoue). Corduan est issu de l'espagnol Cordoba (Cordoue) qui est une ville renommée pour l'habileté de ses artisans dans le travail du cuir. C'est une tradition qui vient des arabes. Cordonnier est le résultat du cordon (corduanarius) du 11ème siècle. A l'origine le cordonnier ne faisait que des souliers neufs. Aujourd'hui il a une cordonnerie et il y répare des chaussures, mais la cordonnerie pure disparaît petit à petit. Lorsque l'on désire des chaussures sur mesure il faut s'adresser à un bottier.

Dans notre culture le cordonnier est symbole de modestie, de sérieux et d'opiniâtreté. On retrouve ce petit artisan dans les contes (il arrive rarement à épouser la princesse) et les chansons (un petit cordonnier qui voulait aller danser avait fabriqué des petits souliers.............. ou petit cordonnier t'es bête, bête, qu'est-ce que t'as donc dans la tête, tête............).

A noter que le mot cuir, du latin corium, est aussi à l'origine de la cuirasse ou du coriace.

Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés : les spécialistes, en général, ne savent pas profiter pour eux-mêmes de ce qu'ils savent faire.

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Publié dans : La langue française
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés