.

Ajouter à vos Favoris

Ce site en anglais

IMPORTANT

              

Un peu plus sur moi? C'est ici

Nombre de perdus sur ce site : 17

Nombre de connectés sur overblog : 17899

Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire

Tchouang-Tseu

 

.

Ne faites jamais confiance aux miroirs, ils vous montreront toujours tout à l'envers

Cléo

Vous êtes content ? Dites le moi :

Mon premier livre d'or est complet, mais consultable :

 

Images Aléatoires

  • b58b.jpg
  • 2c.jpg
  • maltessebolonka.jpg
  • chat.jpg
  • mexico1
  • 5c559fc6aa.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles

.

Si tu veux un ami, apprivoise-moi

Que faut-il faire? Dit le petit prince

Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près.....

   Extrait du Petit Prince de St Exupéry   

Cliquez sur mon coeur en bas, il vous ramènera sur la page d'accueil où que vous soyez!

En général tout ce qui est souligné chez moi est un lien, n'hésitez pas à cliquer

Pour voir plus de choses sur votre écran, pour que ce soit plus petit : Ctrl - (en même temps). Et pour que ce soit plus gros : Ctrl +

Mercredi 14 mai 2014 3 14 /05 /Mai /2014 13:54

La Bièvre est une petite rivière qui prend sa source dans le vallon de Bouviers à 5kms de Versailles près de Bièvre, d'où lui vient son nom. Elle entre à Paris sous le boulevard des Gobelins et se jetait dans la Seine en amont du pont d'Austerlitz. Au 12ème siècle les religieux de l'abbaye St Victor détournèrent son cours pour lui faire traverser leur enclos. Ils transportèrent l'embouchure de la Bièvre face à Notre Dame, près de la rue de Bièvre. Lorsque Charles V a fait construire l'enceinte de Paris, on reporta le lit de la Bièvre plus haut, en parallèle à la rue des Fossés St Bernard. En 1674 on lui rendit sa direction première. Depuis 1912 elle est couverte sur toute la partie qui traverse Paris et elle finit sa course dans le collecteur principal des égouts de la capitale.

Autrefois la Bièvre a causé des dégâts lors de ses crues. Quand on a entrepris sa canalisation dans Paris on a trouvé des médailles de l'empereur Julien.

On a longtemps cru que les eaux de la Bièvre avait une vertu particulière pour la teinture des laines. On sait maintenant qu'il n'en est rien. On l'appellait souvent la rivière des Gobelins parce qu'elle traversait la manufacture des Gobelins.

 

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : Autres
Mardi 13 mai 2014 2 13 /05 /Mai /2014 14:51

Autrefois il n'y avait que des compains, autrement dit : ceux avec qui on partage le pain. Le mot "compains" vient du latin populaire "companio" (cum => avec, panis => pain). Avec le temps on a fait copain et compagnon. Copain est familier. Le compagnon c'est le collègue, le partenaire, le confrère, le concubin, le camarade, etc... C'est celui qui accompagne. C'est aussi l'animal domestique. Le copain c'est le pote, le compagnon de jeu, le copain de classe, etc... Et aussi l'animal domestique, surtout pour les enfants. Le compagnon est aussi un degré de dignité dans la franc-maçonnerie.

Avec le compagnon on partage le pain mais aussi le travail, les occupations, la vie courante. On a des compagnons d'arme, de voyage, d'infortune, de malheur, de captivité, etc... Il n'y a pas si longtemps que ça les métiers étaient organisés en corporations et l'ouvrier qui avait achevé son apprentissage était un compagnon. Après un stage effectué chez un maître (compagnonnage) le compagnon devevait maître lui-même. Par la suite on employa le terme de compagnonnage pour désigner des associations ouvrières de solidarité qui furent nombreuses sous l'ancien régime. Il reste aujourd'hui les Compagnons du devoir qui assurent une formation professionnelle de haut niveau et qui perpétuent un peu la tradition des compagnons du tour de France.

Le terme compagnonnage est arrivé dans notre langage vers 1719.

Le gai compagnon c'est un joyeux luron.

Le féminin de compagnon est compagne ou compagnonne bien que ce dernier ne soit plus utilisé.

Champ de conduite de Labrie

L'île d'Amour, dit Le Désiré, compagnon passant charpentier, partant de Bordeaux pour aller à Paris en finissant son tour de France pour se rendre chez lui, en 1826

Fait par Paul Leclair, piqueur de Bordeaux

Musée des Arts et Traditions populaires, Paris

Image Larousse

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La langue française
Lundi 12 mai 2014 1 12 /05 /Mai /2014 13:50

Liste non exhaustive :

- la minceur devient maigreur (la perte de poids peut aller jusqu'à 50% du poids initial)
- les yeux s'enfoncent dans les orbites
- les joues se creusent
- les cheveux se dessèchent puis tombent
- les ongles deviennent striés et cassants
- les dents se déchaussent
- les articulations gonflent
- les muscles fondent
Ceci donne à l'anorexique une apparence de petit enfant ou de personne âgée.

- fourmillements
- crampes
- vertiges
- anémie (faiblesse générale)
- légers maux de tête
- aménorrhée (absence de règles)
- sensation de froid permanent et froideur des membres
- respiration et pouls qui se ralentissent

- dilatation de l'estomac et pneumopathie de déglutition pour les boulimiques

- ostéoporose, oedèmes et lithiases rénales (calculs) pour les anorexiques

Chez l'anorexique, la cardiomyopathie non obstructive (en cas de grave dénutrition) est sans régression avec la guérison.

Dans les cas les plus graves s'ajoutent :
- la détérioration des organes vitaux (cœur et cerveau)
- des troubles cardiaques et rénaux
- rupture de l'estomac après une crise de boulimie ou une réalimentation trop brutale

A tout cela s'additionne des troubles psychiatriques (dépression, anxiété, tendances suicidaires…)

Le taux de mortalité de cette maladie se situe entre 5% et 10% selon les pays (7% en France). Les anorexiques meurent soit des conséquences de la maladie (dénutrition, déshydratation, septicémie, pneumonie ou autre) soit par suicide.

Les boulimiques finissent par avoir une dilatation aiguë de l'estomac

Les vomissements occasionnent le gonflement des glandes salivaires situées à proximité des joues et une irritation de la gorge

La baisse du taux de potassium peut entraîner la mort par arrêt cardiaque surtout pendant les vomissements.

Les boulimiques subissent des problèmes de concentration et de jugement et une diminution de leur vivacité d'esprit. Ils développent une certaine agressivité.

 

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires - Communauté : "Psychologie interdite" - Publié dans : Psychiatrie, psychologie
Dimanche 11 mai 2014 7 11 /05 /Mai /2014 13:31

S'il était vrai, comme le prétend l'école de Salerne, que les poires sont pernicieuses si l'on ne boit un peu de vin, il aurait régné cette année un grand nombre de maladies dans la classe du peuple, puisqu'elle a été très abondante en poires de toute espèce; que les gens de travail et autres ouvriers de la capitale en ont fait une grande partie de leur nourriture depuis quelques mois, et qu'en les mangeant ils étaient rarement à portée de boire du vin. Cependant le contraire est arrivé, et l'opinion vulgaire qui fait regarder la poire, ainsi que les autres fruits crus, comme fiévreux, est manifestement contredite par l'expérience : c'est sans doute à tout autre cause qu'on doit attribuer les fièvres qui règnent si souvent dans les campagnes. Les personnes délicates, celles qui ont l'estomac débile, ou qui sont sujettes à des affections nerveuses, se plaignent avec raison de ne pouvoir manger des poires crues, ainsi que d'autres fruits, sous prétexte qu'elles rendent la digestion languissante, qu'elles causent des flatuosités très incommodes.

Ceux qui par leur faiblesse ou d'autres affections sont obligées de n'en point user dans l'état de crudité pourront manger de différentes compotes qu'on a l'art d'en préparer. Sous cette dernière forme, c'est encore un aliment excellent pour les convalescents et pour les valétudinaires. Ceux mêmes qui éprouvent des indigestions pourraient faire légèrement aromatiser ce mets avec des zestes d'orange ou de citron, avec du girofle ou un peu de cannelle, etc. Un pareil aliment aurait l'avantage d'être très nourrissant, de relever l'activité de la digestion, et d'être d'ailleurs d'une saveur très agréable.

Affiches du Poitou, mai 1789

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : Histoire de France
Samedi 10 mai 2014 6 10 /05 /Mai /2014 13:25

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : gifs et fond de blogs - Publié dans : Photos et images
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés