.

Ajouter à vos Favoris

Ce site en anglais

IMPORTANT

              

Un peu plus sur moi? C'est ici

Nombre de perdus sur ce site : 27

Nombre de connectés sur overblog : 25253

Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire

Tchouang-Tseu

 

.

Ne faites jamais confiance aux miroirs, ils vous montreront toujours tout à l'envers

Cléo

Vous êtes content ? Dites le moi :

Mon premier livre d'or est complet, mais consultable :

 

Images Aléatoires

  • grosch.jpg
  • DaisyBubble.jpg
  • 6kenguru7ht1.jpg
  • 96ee7b48.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles

.

Si tu veux un ami, apprivoise-moi

Que faut-il faire? Dit le petit prince

Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près.....

   Extrait du Petit Prince de St Exupéry   

Cliquez sur mon coeur en bas, il vous ramènera sur la page d'accueil où que vous soyez!

En général tout ce qui est souligné chez moi est un lien, n'hésitez pas à cliquer

Pour voir plus de choses sur votre écran, pour que ce soit plus petit : Ctrl - (en même temps). Et pour que ce soit plus gros : Ctrl +

Mardi 11 mai 2010 2 11 /05 /Mai /2010 19:07

Le 11 février 1950 est votée une loi qui établit un niveau de salaire horaire au-dessous duquel il est interdit de rémunérer un travailleur. Le SMIG (salaire minimal interprofessionnel garanti) était né. C'était une ancienne revendication sociale qui n'aboutissait pas du fait qu'il y avait plus de demandes que d'offres d'emploi. La loi Millerand de 1899 obligeait les entreprises adjudicataires de l'état à inclure dans leurs contrats une clause précisant que les salaires de leurs ouvriers seraient "normaux". Ce qui voulait dire "salaire égal au salaire moyen de la localité". Sous le Front populaire apparaît la notion de "minimum garanti". Puis enfin en cette année 1950 le gouvernement admet la libre détermination des salaires sur le plan individuel et collectif, mais par la voie des négociations et des conventions collectives. L'intervention du gouvernement se limite à la fixation d'un salaire minimal interprofessionnel.

Le SMIG est un minimum garanti à chaque salarié qui, à partir de 1952, varie selon une échelle mobile indexée sur les indices de prix définis par l'INSEE. Le SMIG régule l'évolution générale des salaires et sert de référence pour les aides offertes par la législation sociale. Il est obligatoire dans toutes les branches professionnelles et dans tous les départements de métropole.

Hilda par Duane Bryers

Ecrire un commentaire
Voir les 10 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : Autres
Lundi 10 mai 2010 1 10 /05 /Mai /2010 19:12

Daphnis, berger sicilien, est fils d'une nymphe. Il est né dans un bosquet de lauriers ou sa mère l'a exposé dans un bosquet de lauriers, tout dépend des sources. Selon les sources encore, Hermès est tantôt son père, tantôt son amant ou son ami.

Elevé parmi les nymphes des bois, il est leur protégé. Il est aussi élevé parmi les bergers du mont Etna et d'Himère. On dit qu'il a inventé la poésie bucolique dont les principaux adeptes (on notera Théocrite et Virgile) lui rendaient particulièrement honneur. Il bénéficiait de la protection d'Apollon, d'Artémis et de Pan qui lui avait fait don de la syrinx.

Lorsqu'il était jeune, Daphnis s'était vanté de pouvoir résister aux tentations de l'amour, défiant ainsi Eros et Aphrodite dont il subit la vengeance. Il tomba fou amoureux d'une nymphe nommée Naïs ou Echénais. Il ne voulut pas lui avouer son amour. Sa passion désespérée le faisait dépérir et arriva aux oreilles de sa bien-aimée. Elle accepta d'être sienne s'il lui jurait fidélité éternelle et qu'il renonçait à ses amours d'avant. Xénia, une mortelle, l'enivra un jour pour l'obliger à s'unir à elle. Il voulut se consoler en chantant son malheur aux gens de la campagne et en jouant de la musique sur la syrinx de Pan. Il finit par tomber dans la rivière Anapos. Ayant rompu ses engagements envers Naïs, les nymphes de la rivière le laissèrent se noyer.

Il existe d'autres versions de cette légende dont une où Daphnis trouve la mort en tombant d'une falaise et où Hermès fait jaillir une source à l'endroit de sa mort puis l'enlève au ciel.

Une légende phrygienne est cependant bien différente. Daphnis aimait une jeune fille (ou une nymphe) nommée Pimpléa ou Thalie. Elle fut enlevée par des pirates et Daphnis courut le monde à sa recherche. Il finit par la trouver à la cour du roi Lityerses en Phrygie. Elle y était esclave. Ce roi forçait les étrangers à concourir avec lui à qui moissonnerait le plus de blé en un jour. Il gagnait toujours et le perdant était mis à mort. A ce moment là Héraclès se trouvait en Phrygie et il accepta de prendre la place de Daphnis dans la compétition. Il battit et tua Lityerses, puis mit Daphnis sur le trône avec Pimpléa comme reine.

Daphnis et Pan

Musée national de Rome

Ecrire un commentaire
Voir les 6 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : Mythologie
Dimanche 9 mai 2010 7 09 /05 /Mai /2010 18:28

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 9 commentaires - Communauté : Que de l'humour - Publié dans : Humour
Samedi 8 mai 2010 6 08 /05 /Mai /2010 19:19

Paume

 

Paume, doux lit froissé
où des étoiles dormantes
avaient laissé des plis
en se levant vers le ciel.

Est-ce que ce lit était tel
qu'elles se trouvent reposées,
claires et incandescentes,
parmi les astres amis
en leur élan éternel?

Ô les deux lits de mes mains,
abandonnés et froids,
légers d'un absent poids de ces astres d'airain.

Rainer Maria Rilke

Photo : Natalia Fadeeva

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires - Communauté : Les beaux mots - Publié dans : Poésie, écritures
Vendredi 7 mai 2010 5 07 /05 /Mai /2010 19:17

Difficile de parler de Maât en quelques mots. Alors j'ai choisi pour en parler le passage d'un hymne qui identifie Maât à l'Ennéade tout entière, donc aux dieux de la suite d'Amon, puis à tous les insignes et les symboles de son pouvoir, à tous les ornements prophylactiques qui assurent sa protection. Maât seule réside auprès de lui dans son naos. Sans cesse auprès d'Amon, elle seule constitue ce dont il vit. Même lorsqu'il crée elle est là.

"Maât est venue pour demeurer sans cesse avec toi. Maât est en toute place qui t'appartient pour que tu te reposes sur elle. Les êtres primordiaux de l'orbe du ciel, leurs bras t'adorent chaque jour. C'est toi qui ne cesses de donner les souffles à tout nez pour vivifier ce que tu as créé de tes mains. Tu es le dieu même qui a créé de ses deux mains. A part toi, il n'y en avait point d'autre avec toi. Salut à toi qui es pourvu de Maât, auteur de ce qui existe, créateur de ce qui est. Tu es le dieu parfait, le Bien-Aimé. Tu te complais quand les dieux accomplissent pour toi Maât. Tu jaillis avec Maât; tu joins tes membres à Maât. Tu fais reposer Maât sur ta tête pour qu'elle prenne place à ton front. Ta fille Maât, tu rajeunis à sa vue, tu vis du parfum de sa rosée. Maât est placée comme un porte-bonheur à ta gorge. Elle repose sur ta poitrine. Les dieux te paient leurs tributs avec Maât, car ils connaissent sa sagesse. Voici que les dieux et les déesses qui sont avec toi portent Maât, car ils savent que tu vis d'elle. Ton oeil droit est Maât; ton oeil gauche est Maât, tes chairs et tes membres sont Maât; les souffles de ton instinct et de ton intelligence sont Maât. Tu parcours le double pays en portant Maât. Ta tête est ointe de Maât. Tu marches les deux mains chargées de Maât. Ton étoffe rouge c'est Maât. Le vêtement de ton corps c'est Maât. Ta nourriture c'est Maât. Ta boisson c'est Maât. Ton pain c'est Maât. Ta bière c'est Maât. L'encens que tu respires c'est Maât. Les souffles de ton nez c'est Maât. Atoum vient vers toi portant Maât. Et tu es seul à voir Maât."

Et l'hymne continue encore comme ça assez longuement. Bien trop longuement pour que je vous mette tout. Le culte d'Amon culmine dans l'offrande de Maât. C'est elle qui est représentée au fond du sanctuaire des grands temples tardifs comme Edfou et Dendara, de part et d'autre de l'axe, en place d'honneur.

Maât

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : L'Egypte ancienne
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés