Images Aléatoires

  • 45716006_AF1.jpg
  • sacramento
  • 782.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles
Vendredi 9 décembre 2005 5 09 /12 /Déc /2005 17:00

 



Esculape

Les médicaments sont bien sûr aussi vieux que l'humanité. Jadis, il y a des millénaires, l'homme cherchait dans la nature tout ce qui lui était nécessaire y compris pour se soigner. Pendant longtemps les médicaments n'étaient que les minéraux et les plantes. Ils étaient administrés par les guérisseurs et les sorciers parce que la médecine de l'époque s'accompagnait en général de pratiques magiques. Les plantes médicinales par dizaines sont encore largement utilisées de nos jours sous forme de poudre, de décoction, d'extraits ou d'infusion. Les premiers apothicaires ne datent que du 13ème siècle. Leur apparition fait suite à une ordonnance de Saint Louis. Les hommes du moyen-âge très tournés vers l'alchimie et la sorcellerie croyaient aussi dans le pouvoir des organes de certains animaux, de l'urine et des pierres précieuses.
En Grèce Esculape guérissait les verrues au moyen d'un baume composé de crottes de chien blanc et d'huile rosat.
Xénocrate d'Aphrodisie, médecin grec, avait un remède pour les maux d'estomac contenant du sang menstruel, de la cervelle d'homme et des ongles râpés.
Hippocrate préparait des potions à base d'urine de taureau, de graisse d'oie, de cornes de cerf et de crottin de mulet.
Pendant ce temps là les druides de Gaule, eux, utilisaient les plantes dont ils connaissaient très bien les vertus médicamenteuses. Jusquiame, sélage, samolus, verveine, primevère, trèfle, sauge et gui faisaient merveille. Ils savaient confectionner des collyres à base de peroxyde de fer, d'oxyde noir de cuivre et de carbonate de chaux.
Les médicaments tels que nous les connaissons aujourd'hui à base de produits chimiques datent tout juste du début du 20èmesiècle.

Aromathérapie

Chromothérapie

Belladone

A trop forte dose c'est un poison

Les italiennes s'en servaient autrefois parce que la belladone dilate la pupille. La dilatation de la pupille est une manifestation de l'excitation sexuelle. C'est pourquoi on l'appelle belladone (bella dona en italien). Mais son usage premier est pour les douleurs, les spasmes (enfantement par exemple) et les convulsions. Ses fruits sont un poison parce qu'ils contiennent des alcaloïdes toxiques à effet paralysant. Mais en fait toute la plante est poison.

Ecrire un commentaire
Voir les 10 commentaires - Communauté : Médecine - Publié dans : Médecine et santé
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés