Vos derniers mots

Vendredi 25 janvier 2013 5 25 /01 /Jan /2013 15:02

1967 : pendant la guerre israélo-arabe la supériorité des Mirage III qui équipent l'armée israélienne face aux MIG soviétiques des égyptiens est évidente. En 1968, devant les performances de l'avion français de nombreuses commandes arrivent de l'étranger. L'embargo décrété par le Général de Gaulle contre Israel conduit à des commandes massives de Mirage pour Dassault émanant des pays arabes.

La même année Dassault engloutit Bréguet-aviation qui ne pouvait plus faire face à ses problèmes financiers. Marcel Dassault avait autrefois commencé sa formation en suivant les cours de l'école d'ingénieurs ouverte par le constructeur Bréguet. Puis en 1914 il devient l'un des premiers diplômés de la nouvelle école nationale supérieure d'aéronautique.

La place de premier avionneur privé de France du nouveau groupe est bien ancrée et ne remet pas en cause sa spécialisation dans les avions de combat. Il participe à des programmes européens dont l'avion de reconnaissance Atlantic et produit des avions d'affaires comme le Mystère 20. Dassault assure l'équilibre du motoriste Snecma qui lui fournit les réacteurs des avions.

La série des Mirage a commencé avec le vol du prototype Mirage I en 1955. En 1957 c'est la mise au point du Mirage III et de sa mission raccourcie destinée à l'aéronavale : l'Etendard IV. S'ensuit le chasseur bombardier Mirage IV destiné à la force de frappe nucléaire puis la mise en chantier en 1967 du Mirage F1 pour les missions de basse altitude. Marcel Dassault s'est assuré des commandes  importantes de 14 états ainsi que de spectaculaires résultats à l'exportation.

2 Mirage III

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Publié dans : Autres
Retour à l'accueil
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés