.

Ajouter à vos Favoris

Ce site en anglais

IMPORTANT

              

Un peu plus sur moi? C'est ici

Nombre de perdus sur ce site : 18

Nombre de connectés sur overblog : 23092

Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire

Tchouang-Tseu

 

.

Ne faites jamais confiance aux miroirs, ils vous montreront toujours tout à l'envers

Cléo

Vous êtes content ? Dites le moi :

Mon premier livre d'or est complet, mais consultable :

 

Images Aléatoires

  • grosch.jpg
  • DaisyBubble.jpg
  • 6kenguru7ht1.jpg
  • 96ee7b48.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles
Lundi 30 avril 2012 1 30 /04 /Avr /2012 13:44

Jean-Baptiste Colbert prend le pouvoir sous Louis XIV dans une période difficile. Il a été pendant longtemps le principal collaborateur du roi Tout d'abord surintendant des bâtiments en 1664, puis contrôleur général des finances en 1665, secrétaire d'état à la marine et à la maison du roi en 1669 puis ministre d'état. C'est un travailleur assidu (souvent 18 heures par jour) qui ne prend jamais de vacances. Les courtisans l'aiment peu : il a l'humeur revêche. Le peuple ne l'aime pas : il subit de lourds impôts.

Colbert est courageux, désireux d'alléger les charges publiques. Ses remontrances au roi concernant les dépenses superflues sont acceptées pendant un temps puis il finit par diminuer en faveur au fur et à mesure que Louvois montait. Il a fait condamner les trafiquants à de lourdes amendes, fait la chasse à ceux qui s'enrichissaient aux dépens de l'Etat, il diminue les rentes des bourgeois qui commencent par protester puis finissent par accepter parce qu'ils sont dorénavant payés de façon régulière (ce qui n'était pas le cas avant Colbert). Il vérifie les titres de noblesse, permettant ainsi de soumettre à la taille (impôt direct) ceux qui en étaient indûment exemptés. Il augmenta la redevance des fermiers généraux et simplifia les règlements de la gabelle (impôt sur le sel). Grâce à lui un équilibre était mis en place pendant le temps de la paix. Après 1667 les guerres et le goût démesuré de Louis XIV pour les bâtiments eurent raison de cette politique d'économies. On en revint aux expédients et aux emprunts si farouchement combattus par Colbert.

Colbert a créé des manufactures d'Etat (les Gobelins, la Savonnerie) qui fabriquent essentiellement des objets d'art. Le roi, qui en est propriétaire, en est aussi le principal client. Il fait venir des drapiers de Hollande, des ferblantiers d'Allemagne, des miroitiers de Venise. Pour le bien de la production française il met en place des règlements dont on surveille l'application. Du coup on fabrique des draps à Amiens, à Elbeuf, à Sedan, à Châteauroux, des toiles en Normandie, dans le Maine et à Grenoble. On fabrique des soieries à Lyon, Tours, Nîmes, des dentelles à Reims et Alençon, du fer blanc, des cuirs, du savon, des chandelles, des cordages, des miroirs et des faïences un peu partout en France. Pour en assurer la vente Colbert favorise la circulation à l'intérieur, développe l'exportation et empêche la concurrence, notamment en établissant de lourdes taxes sur les marchandises étrangères.

Colbert était né à Reims en 1619, il mourut en 1683, épuisé mais ayant monté une fortune colossale et placé les membres de sa famille dans les plus hauts emplois.

Colbert

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : Histoire de France
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés