.

Ajouter à vos Favoris

Ce site en anglais

IMPORTANT

              

Un peu plus sur moi? C'est ici

Nombre de perdus sur ce site : 13

Nombre de connectés sur overblog : 24687

Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire

Tchouang-Tseu

 

.

Ne faites jamais confiance aux miroirs, ils vous montreront toujours tout à l'envers

Cléo

Vous êtes content ? Dites le moi :

Mon premier livre d'or est complet, mais consultable :

 

Images Aléatoires

  • 8673.jpg
  • renard4.jpg
  • machu pichu
  • chien-bolsheuhaya.jpg
  • Mikesi.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles
Vendredi 7 mai 2010 5 07 /05 /Mai /2010 19:17

Difficile de parler de Maât en quelques mots. Alors j'ai choisi pour en parler le passage d'un hymne qui identifie Maât à l'Ennéade tout entière, donc aux dieux de la suite d'Amon, puis à tous les insignes et les symboles de son pouvoir, à tous les ornements prophylactiques qui assurent sa protection. Maât seule réside auprès de lui dans son naos. Sans cesse auprès d'Amon, elle seule constitue ce dont il vit. Même lorsqu'il crée elle est là.

"Maât est venue pour demeurer sans cesse avec toi. Maât est en toute place qui t'appartient pour que tu te reposes sur elle. Les êtres primordiaux de l'orbe du ciel, leurs bras t'adorent chaque jour. C'est toi qui ne cesses de donner les souffles à tout nez pour vivifier ce que tu as créé de tes mains. Tu es le dieu même qui a créé de ses deux mains. A part toi, il n'y en avait point d'autre avec toi. Salut à toi qui es pourvu de Maât, auteur de ce qui existe, créateur de ce qui est. Tu es le dieu parfait, le Bien-Aimé. Tu te complais quand les dieux accomplissent pour toi Maât. Tu jaillis avec Maât; tu joins tes membres à Maât. Tu fais reposer Maât sur ta tête pour qu'elle prenne place à ton front. Ta fille Maât, tu rajeunis à sa vue, tu vis du parfum de sa rosée. Maât est placée comme un porte-bonheur à ta gorge. Elle repose sur ta poitrine. Les dieux te paient leurs tributs avec Maât, car ils connaissent sa sagesse. Voici que les dieux et les déesses qui sont avec toi portent Maât, car ils savent que tu vis d'elle. Ton oeil droit est Maât; ton oeil gauche est Maât, tes chairs et tes membres sont Maât; les souffles de ton instinct et de ton intelligence sont Maât. Tu parcours le double pays en portant Maât. Ta tête est ointe de Maât. Tu marches les deux mains chargées de Maât. Ton étoffe rouge c'est Maât. Le vêtement de ton corps c'est Maât. Ta nourriture c'est Maât. Ta boisson c'est Maât. Ton pain c'est Maât. Ta bière c'est Maât. L'encens que tu respires c'est Maât. Les souffles de ton nez c'est Maât. Atoum vient vers toi portant Maât. Et tu es seul à voir Maât."

Et l'hymne continue encore comme ça assez longuement. Bien trop longuement pour que je vous mette tout. Le culte d'Amon culmine dans l'offrande de Maât. C'est elle qui est représentée au fond du sanctuaire des grands temples tardifs comme Edfou et Dendara, de part et d'autre de l'axe, en place d'honneur.

Maât

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : L'Egypte ancienne
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés