.

Ajouter à vos Favoris

Ce site en anglais

IMPORTANT

              

Un peu plus sur moi? C'est ici

Nombre de perdus sur ce site : 23

Nombre de connectés sur overblog : 12875

Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire

Tchouang-Tseu

 

.

Ne faites jamais confiance aux miroirs, ils vous montreront toujours tout à l'envers

Cléo

Vous êtes content ? Dites le moi :

Mon premier livre d'or est complet, mais consultable :

 

Images Aléatoires

  • 2n4ped.jpg
  • phobb.jpg
  • 516.jpg
  • 58879.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles

La langue française

Mercredi 2 juillet 2014 3 02 /07 /Juil /2014 13:08

Céruléen : du latin "caeruleus" (bleu intense) et de "caelum", ciel. Caerulea (les plaines azurées) désignait la mer en latin, de façon poétique.

Cyan : du grec "kuanos", bleu sombre. Terme d'imprimerie qui désigne, le bleu de la trichromie (cercle chromatique). Les 2 autres couleurs primaires étant le jaune et le magenta.

Indigo : ce mot espagnol vient du latin "indicum (indien). C'est un bleu foncé aux reflets rougeâtres ou violets. Il est extrait de l'indigotier qui est un arbuste des Indes.

Outremer : teinte bleue extraite du lapis-lazuli, pierre d'Orient, d'au-delà des mers. Il s'agit là d'un bleu profond.

Pers : la couleur perse est intermédiaire entre le bleu et le vert. On emploie surtout ce terme en parlant des yeux. Athéna avait les yeux pers. Ce mot vient peut-être du bas latin "persus" (persan) d'après les étoffes persanes.

Turquin : de l'italien "turchino", bleu. Le mot est composé de turco parce qu'on disait autefois que le bleu était la couleur favorite des turcs. C'est un bleu mat foncé.

Zinzolin : de l'italien "zuzzulino" issu de l'arabe "djoudjolân", semence de sésame. C'est un violet rougeâtre que l'on obtient à partir de la graine de sésame.

Bracelet en lapis lazuli

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La langue française
Dimanche 22 juin 2014 7 22 /06 /Juin /2014 13:33

Amarante : du grec "amarantos" (je ne flétris pas) est un rouge pourpre, la couleur de la fleur elle-même.

Cinabre : du grec "kinnabari", sulfure rouge naturel de mercure. Par extension, de couleur rouge vermillon. Les romains s'en peignaient les lèvres et les généraux vainqueurs s'en barbouillaient le corps pour leur retour à Rome.

Garance : du latin "warantia", plante d'Orient cultivée en France depuis la fin du 18ème. On tire de ses racines un colorant rouge vif. De 1835 à 1915 les soldats français portent des pantalons garance.

Incarnat : du latin "in" (sur) et "canis" (chair). Il s'agit là d'un rouge clair et vif qui tire sur la couleur de la chair. L'incarnadin est plus pâle que l'incarnat.

Magenta : c'est un cramoisi foncé. On découvrit cette couleur au moment de la victoire de Napoléon III sur les autrichiens en 1859. On donna son nom à ce rouge.

Marengo : nuance de brun rouge très foncé, vient encore d'un nom de bataille. Un demi échec de Bonaparte face aux autrichiens en 1800, mais les communiqués officiels en firent une victoire.

Ponceau : rouge vif foncé. C'est l'ancien nom du coquelicot.

Puce : c'est le nom que Louis XVI donna lui-même à un brun rouge assez foncé en définissant la couleur d'une robe de Marie-Antoinette. La couleur puce devint à la mode et on s'en servit avec tout un tas de nuances dont : vieille puce, ventre de puce, puce amoureuse. 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 1 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La langue française
Vendredi 13 juin 2014 5 13 /06 /Juin /2014 13:44

Le mot cordonnier vient de corduan (cuir de Cordoue). Corduan est issu de l'espagnol Cordoba (Cordoue) qui est une ville renommée pour l'habileté de ses artisans dans le travail du cuir. C'est une tradition qui vient des arabes. Cordonnier est le résultat du cordon (corduanarius) du 11ème siècle. A l'origine le cordonnier ne faisait que des souliers neufs. Aujourd'hui il a une cordonnerie et il y répare des chaussures, mais la cordonnerie pure disparaît petit à petit. Lorsque l'on désire des chaussures sur mesure il faut s'adresser à un bottier.

Dans notre culture le cordonnier est symbole de modestie, de sérieux et d'opiniâtreté. On retrouve ce petit artisan dans les contes (il arrive rarement à épouser la princesse) et les chansons (un petit cordonnier qui voulait aller danser avait fabriqué des petits souliers.............. ou petit cordonnier t'es bête, bête, qu'est-ce que t'as donc dans la tête, tête............).

A noter que le mot cuir, du latin corium, est aussi à l'origine de la cuirasse ou du coriace.

Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés : les spécialistes, en général, ne savent pas profiter pour eux-mêmes de ce qu'ils savent faire.

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La langue française
Mardi 20 mai 2014 2 20 /05 /Mai /2014 13:22

A Corbeil, dans l'Essonne, se dressaient les grands moulins qui fabriquaient de la farine pour Paris. Des coches d'eau (bateaux à fond plat) faisaient le parcours en une journée. De nombreux passagers empruntaient la même voie parce qu'à l'époque il était plus agréable, mais surtout plus sûr, de voyager par voie fluviale que terrestre. Au mieu du 16ème siècle on appelait ces coches "corbillaz", "corbeillac", puis "corbeillards". Par dérision on nomma ensuite corbillards les grands carrosses bourgeois où les passagers étaient entassés. Plus tard, au 17ème siècle, on parla de corbillard pour désigner le carrosse qui transportait la suite des princes.

C'est un siècle après que le mot corbillard prit le sens qu'on lui connaît aujourd'hui, c'est-à-dire un véhicule qui sert à transporter les morts jusqu'au cimetière.

Comme le corbeillard à Corbeil, il y avait aussi le melunois de Melun et le Montrelois de Montereau.

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La langue française
Mardi 13 mai 2014 2 13 /05 /Mai /2014 14:51

Autrefois il n'y avait que des compains, autrement dit : ceux avec qui on partage le pain. Le mot "compains" vient du latin populaire "companio" (cum => avec, panis => pain). Avec le temps on a fait copain et compagnon. Copain est familier. Le compagnon c'est le collègue, le partenaire, le confrère, le concubin, le camarade, etc... C'est celui qui accompagne. C'est aussi l'animal domestique. Le copain c'est le pote, le compagnon de jeu, le copain de classe, etc... Et aussi l'animal domestique, surtout pour les enfants. Le compagnon est aussi un degré de dignité dans la franc-maçonnerie.

Avec le compagnon on partage le pain mais aussi le travail, les occupations, la vie courante. On a des compagnons d'arme, de voyage, d'infortune, de malheur, de captivité, etc... Il n'y a pas si longtemps que ça les métiers étaient organisés en corporations et l'ouvrier qui avait achevé son apprentissage était un compagnon. Après un stage effectué chez un maître (compagnonnage) le compagnon devevait maître lui-même. Par la suite on employa le terme de compagnonnage pour désigner des associations ouvrières de solidarité qui furent nombreuses sous l'ancien régime. Il reste aujourd'hui les Compagnons du devoir qui assurent une formation professionnelle de haut niveau et qui perpétuent un peu la tradition des compagnons du tour de France.

Le terme compagnonnage est arrivé dans notre langage vers 1719.

Le gai compagnon c'est un joyeux luron.

Le féminin de compagnon est compagne ou compagnonne bien que ce dernier ne soit plus utilisé.

Champ de conduite de Labrie

L'île d'Amour, dit Le Désiré, compagnon passant charpentier, partant de Bordeaux pour aller à Paris en finissant son tour de France pour se rendre chez lui, en 1826

Fait par Paul Leclair, piqueur de Bordeaux

Musée des Arts et Traditions populaires, Paris

Image Larousse

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La langue française
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés