.

Ajouter à vos Favoris

Ce site en anglais

IMPORTANT

              

Un peu plus sur moi? C'est ici

Nombre de perdus sur ce site : 8

Nombre de connectés sur overblog : 13447

Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire

Tchouang-Tseu

 

.

Ne faites jamais confiance aux miroirs, ils vous montreront toujours tout à l'envers

Cléo

Vous êtes content ? Dites le moi :

Mon premier livre d'or est complet, mais consultable :

 

Images Aléatoires

  • Felin01.jpg
  • ours.jpg
  • lapin5.jpg

Horloge

L'ange gardien de ce site


Il aime jouer avec votre souris et répond à vos clics.

Recherche

Vos derniers mots

Syndication

  • Flux RSS des articles
Mardi 5 décembre 2006 2 05 /12 /Déc /2006 15:58

La porte de la demeure nuptiale a été parée pour les noces : des tentures blanches, couvertes de guirlandes de fleurs, la tapissent tout entière. La mariée est parée d'un voile rouge-orange, flammeum couleur de safran, c'est l'ornement habituel de la femme du flamine à laquelle le divorce est interdit. La tunique blanche représente la virginité, la coiffure élevée en forme de tour ressemble à celle des vestales, le javelot qui la traverse rappelle l'enlèvement des Sabines et indique la soumission de la femme à son mari. La mariée porte également la couronne de verveine, symbole de la fécondité, et une ceinture de laine pour témoigner de sa pudeur.

La mariée placée sur un siège recouvert d'une peau de brebis immolée, son mari à côté d'elle sur un siège semblable, ils se voilent la tête.

Le grand pontife offre le lait et le vin miellé aux dieux et fait manger aux époux le gâteau sacré (far). Il leur unit ensuite les mains, confiant la femme à la bonne foi de son mari qui sera pour elle un ami, un tuteur et un père.

Le soir les nouveaux époux sont conduits au domicile conjugal, dans la demeure du mari. Avant que la jeune femme ne quitte la maison de son enfance, le père prend les aupices. On feint de l'en arracher, en commémoration de l'enlèvement des Sabines. Elle est escortée par les enfants qui ont encore leurs parents. 2 la tiennent par la main et le troisième marche devant elle en chassant les maléfices avec une torche d'épine blanche. 2 autres enfants la suivent, portant une quenouille, un fuseau et dans une corbeille d'osier tous les instruments du travail féminin. 4 femmes mariées, une torche en bois d'épine à la main, font partie du cortège. A la lueur de ces flambeaux, la jeune mariée gagne sa nouvelle demeure, pendant que tout autour les jeunes gens égayent la cérémonie avec des plaisanteries et des allusions obscènes.

Avant de pénétrer dans la maison, le mari, sur le seuil, lui demande qui elle est. Elle répondra : "où tu seras Caïus, là je serai Caïa" (ubitu Caius, ego Caia). On lui présente de l'eau et une torche enflammée. Elle touche la torche et jette sur elle-même quelques gouttes d'eau, symbole de pureté. Ses compagnes la soulèvent ensuite et c'est dans leurs bras que la mariée franchit la porte. Elle ne doit surtout pas toucher du pied le seuil consacré à Vesta, déesse de la virginité. Le mari pendant ce temps jette aux enfants quelques noix, disant ainsi adieu à leurs jeux.

Vient ensuite le pompeux souper auquel est conviée la famille entière. Puis ce sont quelques femmes âgées qui conduisent la mariée au lit nuptial. Lit couvert de pourpre et d'étoffes brochées d'or, élevé sur une estrade d'ivoire. Le lendemain des noces est encore jour de fête avec un repas (repotia) qui réunit de nouveau toute la famille.

Source : la vie à Rome aux temps antiques, Paul Werner

La vie conjugale à Rome

Scène intime, musée de St Germain en Laye

Ecrire un commentaire
Voir les 9 commentaires - Communauté : Culture en vrac - Publié dans : La Rome antique
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés